Monday, December 31, 2018

De Charles Orlac (extrait de T-B 76)

Inventaire

Nouvel an : impossible bilan.
À tout hasard pourtant j’ai dressé l’inventaire
De tout ce que j’ai gardé en dépôt
De ce qui n’est qu’un désordre de plus
Un désordre nouveau :
Des frénésies pour crânes exigus

Des chevelures houleuses tranchées dans la soie

Des draps pliés parfumés, une averse dans l’armoire

Un billot de chêne maculé d’éclaboussures
D’aube sur des restes de nuit

Un escargot à la rue, expulsé
Des limaces coquettes essayant sa coquille

Des camelots, les lundis, sous le métro aérien

Des nuits incertaines mal refermées
Comme de vieux tiroirs sur des envies lubriques

Dans la ruelle étroite, pavés luisants,
Des réverbères amnésiques
Angelots vieillots, retraités du gardiennage

Des lèvres célébrant le calice l’autel
Des livres genèses des pires génocides

Des candélabres aux murs de manoirs délabrés

Des arbres, le tronc noir et la branche coupable,


Blanche à l’endroit de la corde nouée,
L’envers d’un décor bucolique, lynché

Des machines de guerres froides sanglantes
Avec dans leurs tambours toutes les voix petites
Le silence qu’on étrangle.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins