Monday, December 31, 2018

De Catherine Savy (extrait de T-B 76)

Mon corps habite un terrier

Terreur de l’été,
l’animal a clos ses volets.
Rasée de près,
la chaleur mord,
mon territoire se resserre
la bête se terre
témoin d’un tourment
chaque été renouvelé.
Tessons plantés,
le mur a craché
la sale saison
des torses nus,
va-nu-pieds
nudité mal léchée…
Terne,
l’été ceinture l’année
d’une tenture couleur de prune
Et quand vient
la fraîcheur du soir
l’été mal aimé
suce ses plaies

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins