Saturday, May 26, 2018

Incipits finissants (55)

Cela fait plusieurs mois que la poésie a officiellement disparu. De prime abord, on peut dater avec certitude sa mort du jour de celle du dernier poète. De nombreuses statistiques ont été effectuées à ce sujet, comme si la survie de la poésie pouvait dépendre de quelques terriens perdus dans le ciel. Mais en fait, nous venons d’avoir la révélation que la poésie était morte depuis bien longtemps auparavant.
Il y a plus d’un siècle, lors de la décolonisation atmosphérique, les institutions poétiques matérielles ont disparu en même temps que d’autres bâtiments plus prestigieux : maisons de la poésie, fonds documentaires, enfin, moins de vingt cinq ans plus tard, dernières bibliothèques virtuelles.
Il n’y a donc plus de traces écrites de la poésie. Et pas davantage de flux poétique qui ait survécu à cette hécatombe silencieuse. Alors oui, le dernier poète importé du sol ânonnait quelques strophes de sa composition. Mais comme elles étaient très mauvaises, à présent qu’il s’est tu, nous sommes soulagés.
D’ailleurs, l’argent qui n’était pas destiné à maintenir sous perfusion la poésie a servi à l’édification hors sol de nouveaux espaces éclairés d’une richesse combinatoire telle que les voir simultanément nous rendrait aveugles. La seule inquiétude est de constater que les embouteillages se multiplient au ciel comme sur la terre, un siècle en arrière, avant que la planète n’ait été recouverte de ferrailles en ville. Il est bien des espaces de plus en plus rares qui restent dans le noir et bénéficient d’une végétation luxuriante, étant rattachés à la surface du globe. Hélas, plus personne n’ose s’aventurer aussi bas et surtout en revenir, en s’aidant de ces prétendues lianes d’une solidité à toute épreuve. L’essentiel pour nous est que les guerres aient été abolies lors de la colonisation du ciel. Nous nous situons désormais dans tous les sens du terme, au dessus de cela. Cependant, voilà que nous semblons tristes et désolés de reconnaître que l’effacement d’un ultime flux de poésie a été détecté par hasard, sur l’écran d’un capteur d’imagination collective, en fin d’algorithme. Après cette découverte, il nous a fallu encore du temps avant de comprendre que nous étions devenus la poésie, plus personne ne parvenant à décrire cet état. Il faudrait sortir de ce monde, et c’est impossible. Nous sommes emprisonnés pour l’éternité. Ne devrions-nous pas souhaiter que l’un de ces singes resté sur terre ait le moyen de sauter assez haut pour se saisir de nous et crever cette maudite bulle de lyrisme ?                                


P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins