Sunday, February 11, 2018

Traction-brabant 4

Vite l’été se barre… Faut absolument montrer aux autres qu’on a voyagé. Pas très loin d’un transit par la Railway. 22 heures 5. 47 degrés de latitude Nord par 3 degrés de longitude Est. Neveurmore. Roulement des trains qui passent dans la Walpurgis Nacht. Dernier suicide connu. Individu de sexe travesti déchiqueté sur la voie 5 quai 12. 3 mois de ça m’a dit Mamy. En l’an 2012 de l’ère inconsidérable. 6 heures. Toujours en quête d’une âme humide. Vais pas pisser parmi les chiens à deux pattes. Là-haut pile de pont enjambe fleuve souverain. Le sifflet du contrôleur des fonds est synthétique. Rien que du sang sur le ciment. Du ketchup de Burgerking. What ? Me répète : The King is dead ? DJ’s Lénine mord la poussière. PCF aux volets clos. Mieux vaut être communard que communiste. Plus envie de boire. Mal au crâne de la veille. Déjà mordu le talus près des bagnoles de location à 23 heures 30. Par la lumière du hayon j’ai vu des cuisses Miko qui ne brillaient pas pour ma gueule de terre. Vite mes pilules de sodium. Ah ! Les gringos reprennent du poil de la bête. Crachent sur la mosaïque de César. Pissent dans la fontaine aux sesterces. Bâton Miko avec glace fondue. Graillon du cousin Syracuse ouvre ta cambuse. Envie comme ça d’un big grande frite. The hotel is closed. Marre. Si je tombe sur la face de Starsky qui me la joue Hercule je me fais hara-kiri du mat. Hey gringo ! T’aurais pas une cigarette ? 7 heures 30. Krys qui fait la vache derrière ses sunglasses s’agite près du fleuve noir. Décousu du jour. Bientôt les parasols sur la Plaza del nul. 8 heures. Des Max à gaz rappliquent. Contrôle d’identité. Marre de respirer le diesel de leasing. T’écrire dirty pretty. Pense à toi. Veut pas connaître la piste de goudron tendue sur City Formule one. Au couchant, soleil tombé sur wagons décatis. Attendre plutôt les touristicbusline avec leurs vieux qui jacassent. Trop drôles. Drinker des Jet 27 fumer les champs de Marlboror dos au parc. Ici, c’est Nevers, ma ville natale d’où j’ai jamais bougé et dans dix minutes, je défonce la porte du patio avant de m’endormir la tête dans le frigo de Miss S. P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins